gibiers wallons Index du Forum

gibiers wallons
Forum dédié aux échanges entre toutes les personnes concernées par le gibier, principalement wallon. Vous ne devriez pas trouver sur ce forum : des moralisateurs, des anti. ou des pro..., mais simplement des amoureux du gibier et de la nature.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Aide-mémoire du DNF - épreuves pratiques

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    gibiers wallons Index du Forum -> gibiers wallons -> Le permis de chasse
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Charles
Créateur
Créateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2010
Messages: 5 283
Localisation: Maurage
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe
Facebook: http://www.facebook.
Point(s): 5 498
Moyenne de points: 1,04

MessagePosté le: Jeu 14 Avr 2011, 12:49 pm    Sujet du message: Aide-mémoire du DNF - épreuves pratiques Répondre en citant

Je suppose qu'il n'a du beaucoup changé depuis 2009
Je placerai les figures en fin de post ! Confused   ( Si j'y parviens)





 

 
EPREUVE PRATIQUE DE L’EXAMEN DE CHASSE     
 
AIDE-MEMOIRE A L’USAGE DES CANDIDATS    
 

Préambule


Cet aide-mémoire préparatoire à l’épreuve pratique de l’examen de chasse consiste en un recueil non exhaustif des gestes, attitudes, comportements et connaissances à posséder pour réussir les tests organisés par le Département de la nature et des forêts dans le cadre de cette épreuve. Il sert de référence aux examinateurs et observateurs pour évaluer les candidats lors de l’épreuve pratique de l’examen de chasse. Cela vaut notamment pour les procédures relatives à la manipulation des armes, qui y sont décrites, étape par étape.




L’étude de ce document ne saurait remplacer les formations pratiques sur le terrain, arme en main, dispensées par différentes associations. Tout au plus, cette étude permet-elle de mieux profiter encore d’une telle formation – non obligatoire – mais dont on ne peut que très vivement conseiller le suivi.


Le candidat est invité à prendre également connaissance, avec une attention toute particulière, du règlement d’ordre technique de l’épreuve pratique de l’examen de chasse, qui définit les instructions spécifiques aux deux sous-épreuves ainsi que les dispositions relatives à la comptabilité des pénalités et bonus.




Chapitre 1 – Mesures de sécurité


D’une façon générale, l’attention des candidats est attirée sur les points suivants :
·         Par principe, une arme fermée doit systématiquement être considérée comme chargée.
·         En outre, il convient d’avoir à l’esprit que la sûreté de détente n’est jamais fiable à 100 %. On n’attachera donc à celle-ci qu’une importance relative et s’y fier totalement constitue déjà une première imprudence.
·         On ne dirige jamais une arme (les canons) vers :
-       soi ou autrui ;
-       une habitation ou un bâtiment quelconque ;
-       d’une façon générale, une cible ou un objectif (animaux, gibiers, …) que l’on ne souhaite pas atteindre.
-       de même, une arme fermée n'est tolérée que canons vers le haut dans l'espace séparant le candidat d'une autre personne proche (ricochets !).
·         Les mesures de sécurité préconisées ci-après sont d’application à tout moment au cours de l’épreuve pratique de l’examen de chasse.
·         Lors de la manipulation des armes ou en action de chasse, le candidat veillera à ne jamais mettre le doigt dans le pontet, sauf au moment où il s’apprête à tirer.
·         Il convient de toujours avoir correctement identifié sa cible avant de tirer.


1.1.         Prise en main d’une arme


Dans un local : dès la prise en main de n’importe quelle arme, orienter immédiatement celle-ci (les canons) vers une direction non dangereuse, c’est-à-dire vers un endroit susceptible d’absorber l’énergie du projectile s’il venait à partir accidentellement et d’éviter un ricochet. Exemple : vers le plafond, vers un coin de la pièce.


A l’extérieur : même principe. Exemple : vers le sol (s’il est meuble !).
           


1.2. Vérification de la vacuité de la chambre et du canon (ou des chambres et des canons)


Cette opération, qui doit devenir un réflexe, est à réaliser impérativement et systématiquement dès que l’on prend en main une arme ou après tout déchargement, notamment avant de ranger l’arme.


1.2.1.    Arme à bascule à canon(s) lisse(s) ou rayé(s) (1)
-   Mettre en sûreté ordinaire ou vérifier que l'arme est en sûreté
-   Diriger le(s) canon(s) à 45° vers le bas.
-   Manœuvrer la clé de fermeture.
-   Ouvrir l’arme par abaissement de la crosse.
-   Vérifier la vacuité chambre(s) et canon(s). en regardant au travers de ceux-ci.


1.2.2.    Arme à répétition à verrou (canon fixe) 1 (2)
-   Mettre l'arme en sûreté ordinaire
-   Diriger le canon à 45° vers le haut.
-   Ouvrir le verrou.
-   Vérifier la vacuité de la chambre.
-   Vérifier la vacuité du magasin.
-   Vérifier la vacuité du canon en enlevant complètement le verrou, ce qui permet de regarder au travers du canon.


1.2.3.     Arme semi-automatique (canon fixe)
-   Mettre la sûreté ordinaire (ou vérifier qu’elle est bien mise).
-   Diriger le canon à 45° vers le haut.
-   Retirer le magasin et vérifier sa vacuité.
-   Reculer le levier d’armement pour découvrir la chambre.
-   Contrôler la vacuité de la chambre (ne jamais mettre le doigt dans la fenêtre d’éjection : DANGER !).
-   Contrôler la vacuité du canon en procédant comme suit :
Ø  Arme munie d’un arrêtoir des pièces mobiles :
-       Bloquer les pièces mobiles vers l’arrière
-       Vérifier la vacuité du canon en regardant par la fenêtre d’éjection (3) le canon orienté vers la lumière.
Ø  Arme non munie d’un arrêtoir des pièces mobiles :
-       Repositionner le magasin.
-       Ramener les pièces mobiles vers l’arrière en reculant à fond le levier d’armement (les pièces mobiles vont alors se bloquer vers l’arrière).
-       Vérifier la vacuité du canon en regardant par la fenêtre d’éjection3, le canon orienté vers la lumière.


1.3.      Chargement de l’arme et fermeture


D’une façon générale :
·         Mettre l'arme en sûreté ordinaire ou vérifier quelle s'y trouve
·         Contrôler la vacuité chambre(s) et canon(s) (voir point 1.2.).
·         Veiller à utiliser des cartouches compatibles avec l’arme à charger. En conséquence, éviter impérativement d’avoir en poche, pêle-mêle, des munitions de différents types.
·         Etre toujours attentif à conserver le contrôle de la direction non dangereuse des canons lors de la manipulation.


1.3.1.    Arme à bascule à canon(s) lisse(s) ou rayé(s)
-   Mettre la sûreté ordinaire (ou vérifier qu’elle est bien mise).
-   L’arme étant ouverte, introduire une cartouche dans chaque chambre.
-   Fermer l’arme en remontant la crosse (N.B. : dans le cadre de la 2ème sous-épreuve ayant lieu au stand de tir aux clays du camp militaire à Marche, la fermeture s’opère en relevant les canons car la direction non dangereuse est vers l’avant et le sol est en dur – risque de ricochet).
Remarque : le fusil utilisé par les candidats sur les parcours de la 1ère sous-épreuve, se met automatiquement en sûreté lorsqu’on l’ouvre.


1.3.2.    Arme à répétition (canon fixe) (4)
-   Enlever et garnir le magasin.
-   Replacer le magasin.
-   Manœuvrer le verrou pour introduire une cartouche dans la chambre.
-   Mettre la sûreté ordinaire.


1.3.3.    Arme semi-automatique (canon fixe)
-   Vérifier que la sûreté ordinaire est bien mise, sinon, la mettre
-   Retirer le magasin
-   Ramener en arrière les pièces mobiles (culasse mobile) et vérifier la vacuité de la chambre et du canon.
-   Placer 2 cartouches dans le magasin et repositionner celui-ci
-   Chambrer une cartouche (relâcher les pièces mobiles).
-   Retirer à nouveau le magasin pour y placer une troisième cartouche.
-   Repositionner le magasin.


1.4.      Déchargement de l’arme


D’une façon générale :
·         Opération à faire impérativement avant de remettre une arme au râtelier ou dans son étui ou, d’une façon plus générale, dès que l’on signale que la chasse est terminée.
Remarque : à faire même si l’on sait pertinemment bien que l’arme est vide. Certes, dans le cadre de l’examen, toutes les manipulations se succèdent assez vite et ne durent que quelques minutes. Mais dans la réalité, un laps de temps relativement long peut s’écouler entre ces diverses manipulations et faire confiance à sa mémoire présente un risque certain. Autant dès lors avoir déjà le bon réflexe à l’examen.
·         Etre toujours attentif à conserver le contrôle de la direction non dangereuse des canons lors de la manipulation.


1.4.1.    Arme à bascule à canon(s) lisse(s) ou rayé(s)
-   Mettre la sûreté ordinaire (ou vérifier qu’elle est bien mise).
-   Casser l’arme.
-   Vider chaque chambre.
-   Vérifier la vacuité des chambre(s) et canon(s) (voir point 1.2.1). en regardant au travers de ceux-ci
-   Refermer l’arme (en remontant la crosse).


1.4.2.    Arme à répétition (canon fixe)4
-   Enlever la sûreté ordinaire.
-   Ouvrir le verrou et récupérer la cartouche chambrée.
-   Enlever les cartouches placées dans le magasin.
-   Vérifier la vacuité chambre et canon (voir point 1.2.2). en regardant au travers de ceux-ci
-   Fermer le verrou.
-   Repositionner le magasin.
-   Remettre la sûreté ordinaire.


1.4.3.    Arme semi-automatique (canon fixe)
-   Placer la sûreté ordinaire (ou vérifier qu’elle est bien mise).
-   Retirer le magasin.
-   Reculer les pièces mobiles (culasse mobile) et récupérer la cartouche chambrée (si possible sans la faire tomber au sol).
-   Enlever les 2 cartouches placées dans le magasin.
-   Ensuite, 2 situations peuvent se présenter :


Ø  L’arme est munie d’un arrêtoir des pièces mobiles(5) :
-       Bloquer les pièces mobiles vers l’arrière.
-       Vérifier la vacuité du canon en regardant par la fenêtre d’éjection (voir point 1.2.3).
-       Renvoyer les pièces mobiles vers l’avant.
-       Repositionner le magasin.


Ø  L’arme n’est pas munie d’un arrêtoir des pièces mobiles :
-       Repositionner le magasin.
-       Ramener les pièces mobiles vers l’arrière en reculant à fond le levier d’armement (les pièces mobiles vont alors se bloquer vers l’arrière).
-       Vérifier la vacuité du canon en regardant par la fenêtre d’éjection (voir point 1.2.3).
-       Tirer à fond le levier d’armement vers l’arrière et le maintenir dans cette position.
-       Ouvrir le magasin.
-       Lâcher le levier d’armement pour renvoyer les pièces mobiles vers l’avant
-       Repositionner le magasin.


1.5.      Port de l’arme


1.5.1.    Hors action de chasse (arme toujours déchargée)
-   Arme avec bretelle : port à l’épaule, canon(s) dans une direction non dangereuse (vers le haut) – Figure 1.
-   Arme sans bretelle : arme « cassée » (et déchargée), port au bras (le port à l’épaule est interdit) – Figure 2.







1.5.2.    En action de chasse (arme chargée)
-   Arme avec bretelle : port à l’épaule, canon(s) dans une direction non dangereuse (vers le haut), sûreté ordinaire mise. L’arme est portée derrière soi. Le port « à l’allemande » (arme portée à l’épaule mais devant soi) n’est pas admis.
-   Arme sans bretelle : port devant soi à hauteur de poitrine, canon(s) vers le haut ; le maintien de l’arme est assuré avec une main placée devant le busc, l’index étant à hauteur du pontet, l’autre main saisissant la longuesse – Figure 3.
Remarque : dans le cadre de la 1ère sous-épreuve, les armes utilisées sur les parcours «chasse à la botte » et «battue» ne sont pas munies de bretelles. Les armes utilisées sur le parcours «affût et approche» en sont pourvues.


1.6.      Accès à une plate-forme d’affût avec une arme et descente


-   Avant de monter ou de descendre de la plate-forme, décharger l’arme (voir point 1.4).
-   Arme portée en bandoulière, canon(s) dirigés vers le haut – Figure 4. On admet ici que l’arme soit portée derrière soi ou devant soi.
-   Sur l’échelle, respecter la règle des 3 appuis : 1 main et 2 pieds posés sur les échelons ou, l’inverse, 2 mains et 1 pied.
-   Si le tireur est accompagné : le tireur monte le premier et descend le dernier.


1.7.      Franchissement d’obstacles (clôture, haie, fossé, passerelle …)


-   Décharger l’arme (voir point 1.4.).
-   Franchir l’obstacle.
-   Recharger l’arme (voir point 1.3.).
En cas de chute et/ou de contact de l’arme avec le sol : vérifier obligatoirement la vacuité des canons.


1.8.         Précautions à prendre lors de la pratique de certains modes de chasse


1.8.1.     Chasse à la botte au petit gibier


Les tireurs doivent veiller à progresser en ligne et, pour ce faire, régler leur avance sur les tireurs placés aux 2 extrémités de la ligne.


1.8.2.    Chasse en battue au grand gibier


Lors de l’arrivée au poste :
-   Repérer la ligne des postes, qui n’est pas nécessairement toujours rectiligne.
-   Repérer ses voisins de gauche et de droite et si possible les survoisins.
-   Délimiter ses angles de tir en appliquant la formule : 5 pas dans la ligne de tir et 3 pas perpendiculaires à la ligne de tir – Figure 5. Dans un souci de sécurité, on veillera scrupuleusement à ne tirer qu’au-delà d’une ligne imaginaire formant un angle minimum de 30° avec la ligne reliant son poste à ceux des voisins.
-   Au coup de trompe (= début de la battue) – et seulement à ce moment-là, pas avant – charger et fermer son arme dans une direction non dangereuse (= vers secteur de tir).
-   Assis sur une canne-siège, ne pas oublier de continuer à maintenir le canon de l’arme dans une direction non dangereuse (ne jamais poser l’arme à plat sur les cuisses ! – Figure 6).
-   Ne jamais appuyer son arme chargée contre un support.
Remarque : dans le cadre de l’examen, sur injonction de l’examinateur, l’arme peut être abandonnée momentanément, déchargée et fermée, pour permettre d’effectuer une autre épreuve.




Durant la battue :


-   Ne jamais quitter son poste avant la fin de la battue.


-   Ne jamais suivre avec son arme épaulée un gibier s’apprêtant à sortir de l’enceinte et à franchir la ligne des chasseurs postés.


-   Ne jamais tirer sur un gibier rentrant, blessé ou non.


-   Ne jamais achever un gibier blessé dans l’enceinte.


-   Ne jamais se déplacer pour achever un gibier blessé hors enceinte.


-   Veiller d’une façon générale :


Ø  à la sécurité des traqueurs, en particulier lorsqu’ils sortent accidentellement de l’enceinte (dans ce cas : décharger son arme même si la chasse n’est pas terminée et inviter les traqueurs à rentrer dans l’enceinte) ;


Ø  à la sécurité des chiens, notamment en cas de tir, hors enceinte, sur un gibier blessé et fixé.


A la fin de la battue (signalée par 3 coups longs de trompe) :


-   Décharger immédiatement son arme (direction non dangereuse = secteur de tir), avant de quitter son poste.


-   Ranger ses munitions et ramasser ses douilles.


-   Rappeler ses voisins et s’assurer qu’ils ont bien entendu le rappel.


-   Après avoir prévenu les voisins, se déplacer pour contrôler chacun de ses tirs :


Ø  Rechercher l’impact de la balle au niveau des fûts d’arbres ou du sol.


Ø  Relever les indices éventuels de blessure (poils coupés, esquilles d’os, sang, empreinte de pas anormalement marquée au sol, ..) :
§  à l’anschuss (= endroit où se trouve le gibier au moment précis où la balle est tirée et le touche éventuellement) ;
§  sur la trajectoire de la balle ;
§  dans la direction de fuite sur une courte distance (environ 50 m), en évitant de piétiner la piste suivie par le gibier blessé.
Remarque : si un fourré se présente dans la direction de fuite du gibier, arrêter le contrôle pour éviter de faire relever l’animal blessé qui s’est peut-être réfugié dans le fourré.


Ø  Veiller à baliser l’anschuss, chaque indice ainsi que la direction de fuite.


Ø  Si on se trouve en présence d’un gibier blessé, fixé et parfaitement identifié achèvement permis aux conditions suivantes :
§  avertissement des chasseurs et des traqueurs encore sur place.
§  possibilité de faire un tir fichant.
§  veiller à la sécurité des chiens.


-   Remplir une fiche gibier blessé – Figure 7 (modèle).


-   Rejoindre le lieu de rendez-vous, faire rapport au directeur de battue et lui remettre la fiche.




1.9.         Tirer proprement et de façon responsable


Règle N° 1 – toujours respecter une distance de tir raisonnable.


Règle N° 2 – toujours tirer dans de bonnes conditions :


-       bonne visibilité (attention au risque de ricochet, aux buissons qui peuvent dissimuler des personnes, du bétail, … ) ;
-       tir fichant (ne jamais tirer des animaux se trouvant en crête) Figure 8
-       gibier de profil (tir au niveau du défaut de l’épaule) Figure 9


Règle N° 3 – n’activer le stecher (détente sensible) qu’au moment où on vise sa cible, juste avant le tir éventuel.





Règle N° 4 – Toujours bien observer la réaction du gibier pour faciliter la recherche éventuelle si le gibier tiré n’a été que blessé – La Figure 10, ci-dessous présente un schéma théorique. Il est très difficile d’interpréter les différentes réactions car chaque balle est un cas particulier. Néanmoins, en général, la réaction sera proportionnelle au rapport entre la masse de la balle (poids/vitesse) et la masse de l’animal. Si on tire au défaut de l’épaule avec une 7x64 sur un Chevreuil de 10 kg ou sur un Cerf de 130 kg, le Chevreuil va probablement basculer tandis que le Cerf va démarrer droit devant lui.




    
Chapitre 2 – Connaissance des armes et munitions

2.1.      Reconnaissance du type d’arme


2.1.1.     Armes à bascule


= armes à canon(s) Iisse(s) et/ou rayé(s), dont les canons pivotent partiellement autour d’un axe (broche).


Parmi les armes à 2 ou 3 canons, on distingue – Figure 11 :
-   Fusils de chasse à canons juxtaposés (A) ou superposés (B)
-   Carabines basculantes(6)
-    à canons juxtaposés (C) ou superposés (D)
-   Armes mixtes « classiques » :     2 canons superposés (1 rayé + 1 lisse) – (E)
« Drilling » (2 canons lisses + 1 canon rayé) – (F)
« DriIling double carabine» (2 canons rayés + 1 canon lisse) – (G)


Remarque :       l’utilisation du terme « pliant » à la place du terme « basculant » est à proscrire ! Un fusil pliant se replie complètement et peut être aisément dissimulé sous un manteau. C’est la raison pour laquelle la loi sur les armes range parmi les armes prohibées un fusil pliant d’un calibre supérieur au calibre 20 (16, 12).




2.1.2.    Armes à répétition manuelle


= armes à canon lisse ou rayé qui, après chaque tir, nécessite manuellement l’éjection de la douille et l’alimentation d’une nouvelle cartouche.


On rencontre trois modèles différents selon le mécanisme de réarmement :
-   Le modèle à levier latéral ou à verrou (ex. carabine à verrou « Mauser » ou « Blaser »).
-   Le modèle à levier de sous-garde (7)(ex. carabine à levier « Marlin »).
-   Le modèle à pompe7 (riot gun)


2.1.3.    Armes semi-automatiques


= armes à canon lisse ou rayé, dont le réarmement s’effectue automatiquement, notamment par emprunt de gaz (ex. carabine semi-automatique Bar de chez Browning), mais ne permettant le tir que d'une cartouche par pression sur la détente (coup-par-coup).


2.2.      Identification des éléments d’une arme


Outre le numéro de l’arme, le calibre (dénomination complète, par exemple : .30 R Blaser, .270 Win , .300 Win Mag, 8x57 JRS, 9,3x74 R, …) et la longueur de la chambre en mm ou en pouces (8) (correspondance métrique à fournir) (9), le candidat doit pouvoir identifier les éléments suivants :


2.2.1.    Fusils de chasse – Figure 12


1. Plaque de couche – 2. Talon – 3. Crosse – 4. Busc – 5. Clé d’ouverture – 6. Poussoir de sûreté – 7. Détente – 8. Pontet – 9. Bascule – 10. Extracteur ou éjecteur – 11. Chambre – 12. Longuesse ou fût – 13. Bande de visée ou bande ventilée – 14. Grain d’orge ou guidon – 15. Bouche du canon.




2.2.2.    Carabine à verrou – Figure 13


1. Plaque de couche – 2. Talon – 3. Crosse – 4. Busc – 5. Poussoir de sûreté – 6. Détente – 7. Pontet – 8. Verrou – 9. Chambre – 10. Chargeur ou magasin amovible – 11. Fût – 12. Hausse ou mire– 13. Canon – 14. Guidon – 15. Bouche du canon.




2.2.3.    Carabine semi-automatique – Figure 14


1. Plaque de couche – 2. Talon – 3. Crosse – 4. Busc – 5. Bouton de sûreté – 6. Détente – 7. Pontet – 8. Levier d’armement – 9. Chambre – 10. Chargeur ou magasin amovible – 11. Fût – 12. Hausse ou mire – 13. Canon – 14. Guidon – 15. Bouche du canon.




2.3.      Identification des éléments d’une munition et signification des inscriptionsFigure 15


1. Culot – 2. Douille ou étui – 3. Amorce – 4. Sertissage ou fermeture – 5. Balle ou projectile – 6. Charge de plombs – 7. Gorge – 8. Bourrelet.







Sur une cartouche à plombs :
-   la face inférieure du culot porte les indications
§  du calibre (12, 16, 20, …).
§  du fabricant (FN, RWS, …).


-   Sur l’étui figurent notamment les inscriptions suivantes :
§  la longueur de la douille à l’état tiré et desserti (en mm ou en pouces).
Remarque : il est extrêmement dangereux de chambrer une munition dont la longueur de douille est plus grande que celle de la chambre (en général, les fusils sont chambrés en 70 mm).
§  le numéro du plomb (avec éventuellement lecture simultanée du diamètre du plomb en mm).
§  la charge de plombs (en grammes – 24, 28, 32 ou 36 ).


Sur une cartouche pour carabine :
la face inférieure du culot porte des chiffres et des lettres correspondant à la dénomination du calibre et à celle du fabricant.


Exemples d’indications :
8 x 57 JRS :     8 : diamètre approximatif de la balle en mm
                                   57 : longueur de la douille en mm
                        J : munition utilisée autrefois dans l’infanterie
                        R : bourrelet
                                   S : calibre (de diamètre) « supérieur» (10) (= danger (11)) !


.30-06               .30 : diamètre approximatif de la balle en centièmes de pouce
                        06 : année d’homologation de la munition (1906)
.30-30               .30 : diamètre approximatif de la balle en centièmes de pouce
30 : poids en grains de la charge de poudre
            .270                 = diamètre approximatif de la balle en millièmes de pouce
            7 mm               = diamètre approximatif de la balle en mm
WIN, REM, BROWNING, RWS, W-W, R P :
·         au-dessus de l’amorce : indication relative au fabricant (ne fait pas partie du calibre)
·         accolé aux dimensions chiffrées : appartient à la dénomination complète du calibre (nom du concepteur du calibre dans certains cas)
MAG(NUM) : munition à douille de grande capacité (12)(culot renforcé)




2.4.      Correspondance entre détentes et canons Figure 16




 
2.4.1.    Arme superposée-   1ère détente ® canon inférieur-   2ème détente ® canon supérieur.
Remarque : en cas de monodétente et en l’absence de sélecteur, le premier coup part du canon inférieur.


2.4.2.    Arme juxtaposée
-   1ère détente ® canon droit
-   2ème détente ® canon gauche.
Remarque : en cas de monodétente et en l’absence de sélecteur, le premier coup part du canon droit.


2.4.3.    « Drilling »
-   Canons lisses :
Ø  1ère détente ® canon droit.
Ø  2ème  détente ® canon gauche.
-   Canon rayé :
Ø  Activer le bouton coup balle (K apparent au sélecteur et feuillard de hausse relevé)
Ø  Actionner la 1ère détente


2.5.      Activation – désactivation de la détente sensible sur une carabine à verrou (l’arme étant chargée et mise en sûreté).


2.5.1.    Activer :           - enlever la sûreté.
                                   - pousser la détente vers l’avant.


2.5.2.    Désactiver (13):   mettre la sûreté et presser la détente.




2.6.      Choix de la munition en fonction du gibier, du mode de chasse ou de l’époque.


2.6.1.     Rappel de certaines dispositions de l’A.G.W du 22 septembre 2005 réglementant l’emploi des armes à feu et de leurs munitions en vue de l’exercice de la chasse, ainsi que certains procédés ou techniques de chasse (M.B. 05.10.2005), ainsi que de l’A.G.W. du 10 novembre 2006 le modifiant (M.B. 17.11.2006)




Catégories de gibier
Armes à canon(s) lisse(s)   
calibre compris entre le 24 et le 12    
Armes à canon(s) rayée(s)   
cartouches à grains métalliques   
cartouches à balle   
Grand gibier
NON   
OUI si   
-       battue uniquement-       calibre 20, 16 ou 12 uniquement-       balle déformable à l’impact

Chevreuil à l’approche et à l’affût-       calibre > 5,58 mm-       énergie à 100 m > 980 joules


Autres cas-       calibre ³ 6,5 mm-       énergie à 100 m ³ 2200 joules


Petit gibier
OUI si    
diamètre des grains £ 3,5 mm   
NON   
NON   
Gibier d’eau
OUI si    
-       diamètre des grains £ 3,5 mm-       munitions autres qu’à plomb£ 50 m des zones humides

NON   
NON   
Autre gibier
OUI si    
diamètre des grains £ 4 mm   
OUI   
OUI si    
calibre ³ 5,58 mm   
(pas d’énergie minimale)   
Les armes mixtes de calibres identiques à ceux mentionnés dans le tableau sont autorisées. Les armes suivantes sont par contre toujours interdites:à               les armes automatiques ou semi-automatiques dont la capacité du chargeur est supérieure à 2 cartouches (cette limitation du chargeur ne concerne donc pas les armes à répétition manuelle, par verrou, levier ou pompe);à               les armes munies de sources ou de dispositifs lumineux sont interdites pour peu que ceux-ci servent à éclairer la cible. Un guidon fluorescent, un réticule lumineux, une lunette de type "qwik point" ou équivalente ne sont pas des dispositifs qui éclairent la cible et sont donc autorisés;
à               les armes équipées de lunettes et appareils munis d'un viseur à infra rouge permettant le tir de nuit;
à               les armes munies d'un silencieux.


Les projectiles suivants sont toujours interdits:
à               les projectiles militaires de tous types;
à               les projectiles gainés;
à               les projectiles non expansifs.


   
Remarque : les dispositions de l’A.G.W. du 22 septembre 2005 ne visent que l’exercice de la chasse. Toutefois, l’arrêté du Gouvernement wallon du 18 octobre 2002 permettant la destruction de certaines espèces gibiers précise que les dispositions concernant l’emploi des armes et munitions figurant dans l’arrêté du 22 septembre 2005 sont également d’application dans le cadre de la destruction. L’arrêté du 18 octobre 2002 autorise cependant en sus, pour la destruction du Renard, du Chat haret, de la Fouine, du Putois, du Lapin et du Pigeon ramier, l’utilisation de certains calibres d’armes à canons lisses plus petits que ceux qu’il est permis d’employer en chasse : le 28, le 32 et le 36. De même, pour la destruction du Sanglier à l’approche et à l’affût, l’arrêté du 18 octobre 2002 autorise en sus l’utilisation de balles pour armes à canons lisses, lesquelles ne sont pas autorisées en chasse pour ce mode de chasse.



2.6.2.    Munitions pour armes à canon lisse : quelques principes pour le choix du plomb


-       Plus le gibier est lourd, plus le plomb à utiliser sera gros pour que les atteintes soient suffisamment « énergétiques ». Ne pas perdre de vue cependant, que plus le plomb utilisé est gros, moins il y en a dans la cartouche. Par conséquent, statistiquement parlant, ils ont moins de chances d’atteindre le gibier aux endroits requis (on considère habituellement que 4 ou 5 atteintes sont nécessaires pour abattre un gibier).


-       En début de saison, la distance de fuite des gibiers est inférieure à ce qu’elle est en fin de saison. Ne pas perdre de vue cependant qu’il faut éviter de toute façon les « coups de longueur », hasardeux, et qu’il faut s’abstenir de tirer au-delà de 40 m.


-       De même, en hiver, la composition du pelage ou du plumage présente une consistance plus forte susceptible d’ « amortir » et donc de diminuer l’impact du projectile. A cette saison, on préfèrera donc un plomb plus gros.


N° plomb pouvant être correct   

Concrètement :








Espèce   
Numérotation du plomb    

 
N° 4   
N° 5   
N° 6   
N° 7   
Lièvre
x   
x   
x   
 

Perdrix   
 

 

x   
x   
Faisan   
x   
x   
x   
 

Bécasse   
 

 

x   
x   
Canard colvert   
 

x   
x   
 

Lapin   
 

 

x   
x   
Pigeon ramier   
 

x   
x   
x   
   





_________________________________   
ANNEXE 1   

 
MANIPULATION CARABINE TIKKA - T3.  Arme à répétition à verrou.   
Caractéristiques :       Levier de sûreté à 2 positions.
                                 Chargeur amovible capacité maximale de 3 cartouches.
                                 Repères du levier de sûreté :
                                     AVANT         point rouge, position de tir (DANGER)
                                     ARRIERE     point blanc, SECURITE, détente et verrou bloqués que nous appellerons : SURETE ORDINAIRE.




1.2.    Vérification de la vacuité de la chambre et du canon
1.2.2.     Arme à répétition à verrou (canon fixe)


-       Mettre en sûreté ordinaire.
-       Diriger le canon à 45° vers le haut.
-       Enlever la sûreté ordinaire.
-       Ouvrir le verrou et l'enlever.
-       Vérifier la vacuité de la chambre et du canon.
-       Enlever le magasin.




1.3.        Chargement de l'arme et fermeture
1.3.2.     Arme à répétition (canon fixe


-       Enlever la sûreté ordinaire.
-       Ouvrir le verrou.
-       Enlever le magasin ou chargeur et le garnir (entrer les munitions par le culot d'avant en arrière).
-       Replacer le magasin ou chargeur.
-       Manœuvrer le verrou pour introduire une cartouche dans la chambre.
-       Mettre la sûreté ordinaire.




1.4.        Déchargement de l'arme
1.4.2.    Arme à répétition (canon fixe)


-       Enlever la sûreté ordinaire.
-       Ouvrir le verrou et récupérer la cartouche chambrée.
-       Enlever le magasin ou chargeur et en retirer les cartouches en les poussant d'arrière en avant.
-       Enlever le verrou et vérifier la vacuité de la chambre et du canon.
-       Replacer le verrou et le fermer.
-       Replacer le magasin vide.
-       Remettre la sûreté ordinaire.




2.5. Activation – désactivation de la détente sensible (stecher) sur une carabine à verrou (l’arme étant chargée et mise en sûreté)


2.5.1.    Activer :           - enlever la sûreté.
                                   - pousser la détente vers l’avant.


2.5.2.    Désactiver :      - mettre la sûreté ordinaire, ce qui désactive automatiquement la
               détente sensible.





[1] La mise en sûreté de l’arme lors de sa prise en main est conseillée pour le test en salle (manipulations d’armes); pour les armes pour lesquelles la mise en sûreté bloque la clé d’ouverture : 1. Mettre en sûreté, 2. Essayer d’ouvrir en manipulant le verrou, 3. Enlever la sûreté, 4.Ouvrir.

[2] La procédure précise pour l’arme qui sera utilisée à l’examen est reprise en annexe 1

[3] Ne pas vérifier la vacuité du canon en regardant par la bouche du canon (on ne dirige jamais une arme vers soi).

[4] La procédure précise pour l’arme qui sera utilisée à l’examen est reprise en annexe 1

[5] C’est le cas de l’arme utilisée dans le cadre de l’examen de chasse.

[6] Les termes de « express » ou « double express » sont utilisés de manière impropre dans le langage courant. A proscrire.

[7] Ce type d’arme n’est pas présent à l’examen.

[8] 1 pouce = 25,4 mm.

[9] Dans le cadre de l’examen, seules 2 longueurs de chambre seront rencontrées : 2 pouces ¾ = 70 mm et 3 pouces = 76 mm.

[10] Le terme de « suralésé » parfois utilisé est impropre. A proscrire.

[11] Il est possible de chambrer une munition avec S dans une arme prévue pour une munition sans S, mais compte tenu que le diamètre de la balle est légèrement supérieur à celui du canon fonds de rainures, cela occasionne une surpression pouvant provoquer l’explosion de l’arme.

[12] Le terme de « surchargée » parfois utilisé est impropre. A proscrire.

[13] La procédure précise pour l’arme qui sera utilisée à l’examen est reprise en annexe 1





_________________
Si lè d'jin qui diste du mau d'mi saven't çou d'ji pinse dè yeuse : y d'in dir'nt sûr bramint d'pus !
Façon, d’jai toudi faît, l’mi-temps à m’môde, éy l’reste à m' n'’idée. Very Happy


Dernière édition par Charles le Lun 12 Mar 2012, 10:32 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 14 Avr 2011, 12:49 pm    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
jpex
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Jan 2010
Messages: 1 791
Localisation: Bruxelles
Masculin Lion (24juil-23aoû)
Point(s): 1 897
Moyenne de points: 1,06

MessagePosté le: Sam 16 Avr 2011, 12:42 pm    Sujet du message: Aide-mémoire du DNF - épreuves pratiques Répondre en citant

tres interessant
_________________
Breton expatrié et bien content


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:18 pm    Sujet du message: Aide-mémoire du DNF - épreuves pratiques

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    gibiers wallons Index du Forum -> gibiers wallons -> Le permis de chasse Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com