gibiers wallons Index du Forum

gibiers wallons
Forum dédié aux échanges entre toutes les personnes concernées par le gibier, principalement wallon. Vous ne devriez pas trouver sur ce forum : des moralisateurs, des anti. ou des pro..., mais simplement des amoureux du gibier et de la nature.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Bibliothèque des Sciences de la Vie (ULg)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    gibiers wallons Index du Forum -> gibiers wallons -> Liens
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Charles
Créateur
Créateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2010
Messages: 5 314
Localisation: Maurage
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe
Facebook: http://www.facebook.
Point(s): 5 531
Moyenne de points: 1,04

MessagePosté le: Jeu 25 Mar 2010, 08:30 pm    Sujet du message: Bibliothèque des Sciences de la Vie (ULg) Répondre en citant

http://www2.ulg.ac.be/fmv/bib/index.htm

Wink
Charles
_________________
Si lè d'jin qui diste du mau d'mi saven't çou d'ji pinse dè yeuse : y d'in dir'nt sûr bramint d'pus !
Façon, d’jai toudi faît, l’mi-temps à m’môde, éy l’reste à m' n'’idée. Very Happy


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 25 Mar 2010, 08:30 pm    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Charles
Créateur
Créateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2010
Messages: 5 314
Localisation: Maurage
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe
Facebook: http://www.facebook.
Point(s): 5 531
Moyenne de points: 1,04

MessagePosté le: Jeu 25 Mar 2010, 08:39 pm    Sujet du message: Bibliothèque des Sciences de la Vie (ULg) Répondre en citant

Thèses de Doctorat en sciences vétérinaires

Epidemiologie descriptive et moléculaire de l'infection par hantavirus de mammifères sauvages dans le sud de la Belgique.  
Citation:
 
Les hantavirus sont des virus à ARN appartenant à la famille des Bunyaviridae et sont responsables de maladies humaines appelées fièvre hémorragique avec syndrome rénal (FHSR) en Europe et en Asie, et syndrome pulmonaire à hantavirus (SPH) en Amérique. Ces virus ont pour réservoir des rongeurs sauvages. L’hantavirose chez l’homme résulte de l’inhalation de particules virales provenant de la salive, de l’urine ou des déjections de rongeurs infectés. En Europe Occidentale, l'infection se manifeste généralement chez l'homme par une insuffisance rénale et porte le nom de néphropathie épidémique (NE). Cette maladie est causée par la souche virale Puumala (PUU) dont l’espèce réservoir est le campagnol roussâtre (Clethrionomys glareolus), rongeur vivant principalement en milieu forestier. En Belgique, deux épidémies de NE ont été décrites chez l’homme entre 1992 et 1996, et une troisième se serait produite en 1999. La plupart des cas ont été recensés dans la région boisée du sud des provinces du Hainaut et de Namur. Une enquête cas-témoins menée après l’épidémie de 1992-1993 dans la région de Chimay a montré que l’exposition aux campagnols roussâtres ou à leurs déjections, la coupe de bois ou des activités prolongées en forêt constituaient des facteurs de risque pour développer la maladie.   
 
Le principal objectif de notre projet de recherche a été d’estimer la distribution et la prévalence de l’hantavirose chez le campagnol roussâtre dans la région épidémique de l’Entre-Sambre-et-Meuse et de suivre l’évolution de cette prévalence au cours du temps, en parallèle avec les fluctuations de densité de population du rongeur. Nous avons également étudié l’influence de paramètres individuels tels que l’âge et le sexe des animaux sur la prévalence de l’infection. Afin de détecter la présence éventuelle de PUU ou d’autres hantavirus chez des rongeurs vivant dans le même biotope que le campagnol roussâtre, des tests diagnostiques ont aussi été pratiqués chez le mulot sylvestre (Apodemus sylvaticus) et le mulot à collier (Apodemus flavicollis).   
Afin d'obtenir une estimation de l'abondance des rongeurs, une surface de piégeage de 90 mètres de côté a été délimitée et balisée dans quatre sites de capture situés respectivement à Thuin, Montbliart, Momignies et Couvin. Les rongeurs capturés étaient marqués, du sang était prélevé et les animaux étaient relâchés à l'endroit de la capture (technique de capture-marquage-recapture (CMR)). Pour déterminer la prévalence de l’infection chez les rongeurs, les anticorps dirigés contre les hantavirus ont été recherchés au moyen d’un test ELISA. Un piégeage exhaustif a été pratiqué dans d’autres sites; les animaux y étaient euthanasiés et en plus du sang, les organes étaient prélevés pour la détection des virus et leur caractérisation génétique.   
Entre octobre 1996 et novembre 1999, 21 sites au total ont été visités au moins une fois pour le piégeage des rongeurs. Environ 2400 micro-mammifères ont été capturés au cours des quatre années d’étude et parmi ceux-ci, 1210 campagnols roussâtres, 993 mulots sylvestres, 37 mulots à collier et deux campagnols agrestes (Microtus agrestis) ont été soumis au test ELISA. Des anticorps spécifiques dirigés contre le sérotype PUU ont été détectés chez le campagnol roussâtre et, de façon sporadique, chez le mulot sylvestre. Les résultats ELISA douteux pour les souches Hantaan et Dobrava, obtenus principalement chez le mulot sylvestre et le mulot à collier, pourraient suggérer qu’une souche apparentée à ces virus et non encore identifiée, circule parmi ces rongeurs. La prévalence de l’infection chez le campagnol roussâtre a présenté des variations à la fois dans le temps et dans l’espace. Les taux de prévalence les plus élevés ont été enregistrés pendant les années épidémiques 1996 et 1999. En outre, une large distribution du virus dans la zone d’étude semble également avoir caractérisé l’automne 1996. Par contre, seuls quelques foyers d’animaux positifs ont été observés en 1997 et en 1998. Nos observations ont montré que des proliférations importantes de rongeurs, comme celles observées en 1996 et en 1999, contribuent efficacement à la transmission du virus entre les animaux et permettent notamment la colonisation de nouveaux habitats par des individus infectés. Dans deux sites où la technique de CMR a été employée, la disparition temporaire d’animaux positifs après un déclin brutal de la taille de la population a suggéré qu’un seuil de densité de population était nécessaire pour le maintien du cycle enzootique du virus. Nos résultats ont montré que les campagnols roussâtres adultes étaient plus fréquemment infectés que les juvéniles et les subadultes. En outre, la prévalence de l’hantavirose était significativement plus élevée chez les campagnols blessés par morsure ou par griffure. Ces lésions étaient également plus fréquemment observées chez les animaux adultes et en fin de période de reproduction. En accord avec d’autres études où la transmission du virus a été le plus souvent rapportée parmi les individus sexuellement matures, nos observations suggèrent également que les comportements intra-spécifiques tels que les manifestations agressives constituent des facteurs importants dans la dynamique de l’infection chez les rongeurs. Aucune différence significative de prévalence n’a été observée entre les mâles et les femelles.   
 
Le renard roux (Vulpes vulpes) étant un prédateur potentiel du campagnol roussâtre, une analyse sérologique a été réalisée sur 125 échantillons sanguins provenant du sud du pays afin de déterminer la sensibilité éventuelle de l’espèce vulpine à l’hantavirose. Des anticorps neutralisants dirigés contre la souche PUU ont été détectés chez trois renards provenant respectivement de Chiny, Longlier et Neufchâteau, dans le sud de la province de Luxembourg. Les trois animaux avaient été tués par tir de nuit entre mars 1996 et janvier 1997. Ces résultats constituent la première mise en évidence d’anticorps contre un hantavirus dans l’espèce vulpine. Toutefois, la faible séroprévalence (2.4%, 3/125) observée semble indiquer que le renard est un hôte terminal et que son infection par les hantavirus est occasionnelle. La pullulation des campagnols roussâtres constatée pendant l’épidémie de NE de 1995-1996 et la prévalence élevée de l’infection observée chez ces rongeurs en automne 1996 pourraient avoir facilité la contamination des carnivores. La détection de renards séropositifs dans une région située en dehors de la zone épidémique indique clairement que la distribution des hantavirus en Belgique ne se limite pas au sud des province du Hainaut et de Namur.   
 
Finalement, une caractérisation génétique de souches virales sauvages provenant de la zone d’étude et de virus isolés dans les années 80 a été réalisée dans le but d’estimer la diversité génétique parmi les hantavirus en Belgique. Les poumons de 371 micro-mammifères ont été testés par RT-nested PCR pour la détection d’ARN viral. Le protocole expérimental était basé sur l'utilisation d'amorces spécifiques du genre hantavirus d’une part, et d’amorces spécifiques du sérotype PUU d’autre part. Tous les animaux positifs étaient des campagnols roussâtres, présentant une infection par le sérotype PUU. Selon l’analyse phylogénique, les virus belges, ainsi que la souche allemande Cg-Erft, constituent une lignée bien distincte de celles représentées par les autres souches PUU européennes et japonaises. L’analyse phylogénique a également montré que les souches de la région épidémique étaient génétiquement plus proches les unes des autres que de la souche CG13891 provenant du nord du pays et qu’à chaque localité de piégeage correspondait une population virale distincte. Cette caractéristique est notamment liée aux faibles distances parcourues par les campagnols et à l’isolement de certaines populations de rongeurs qui permettent une évolution indépendante des virus.   

sources : http://www2.ulg.ac.be/fmv/bib/index.htm

_________________
Si lè d'jin qui diste du mau d'mi saven't çou d'ji pinse dè yeuse : y d'in dir'nt sûr bramint d'pus !
Façon, d’jai toudi faît, l’mi-temps à m’môde, éy l’reste à m' n'’idée. Very Happy


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:29 am    Sujet du message: Bibliothèque des Sciences de la Vie (ULg)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    gibiers wallons Index du Forum -> gibiers wallons -> Liens Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com